Équipements médicaux fixes


Éclairage opératoire haut_de_page.gif


Les lampes chirurgicales sont des dispositifs qui émettent de la lumière sur le champ chirurgical. Elles permettent la visualisation optimale de petits objets, le bas contraste dans des profondeurs variables ou à travers de petites incisions, la réduction de zones sombres et une diminution de la distorsion des couleurs. À cause de son utilisation prolongée, les lampes chirurgicales limitent toujours la quantité de chaleur émise, laquelle pourrait causer des dangers aux tissus du champ chirurgical.

Les lampes chirurgicales fonctionnent à l’aide de la génération de lumière provenant d’une source située à la partie supérieure de celle-ci. Normalement, le rayonnement émis est le résultat de la réflexion de la lumière par plusieurs réflecteurs ou miroirs.

Elles sont souvent fixées dans des bras articulés qui permettent la rotation et la translation des lampes partout sur le champ opératoire.

bras_lampe_chirugicale_(1).png
Lampes chirurgicales fixées sur un bras articulé - Source: Fagot, 2000

Les caractéristiques définissant les diverses lampes sont les suivantes :
  • L’illumination : une lampe chirurgicale doit fournir sur le champ opératoire une illumination homogène entre 20000 et 100000 Lux, sans tenir compte de l’illumination provenant de l’éclairage d’ambiance (1000 Lux). Pour nous faire une idée, le soleil émet 100000 Lux à midi ou lors d’une journée éclairée.
  • La qualité de la couleur : c’est un concept exprimé en fonction de la température de la couleur et de l’indice de rendu de couleur. D’un côté, la température de couleur (appelée aussi température de couleur de Planck), qui est représentée à l’aide d’une courbe qui est exprimée en kelvins, représente une couleur en fonction d’une température. Ce lien a été fait par Max Planck, qui a comparé la couleur d’une source lumineuse avec la couleur d’un corps noir théorique chauffé entre 2000 et 1000K, qui aurait dans le domaine de la lumière visible un spectre d’émission similaire à la couleur considérée. La lumière blanche ou diurne (celle préférable au sujet des lampes chirurgicales et celle avec laquelle l’œil y voit le mieux) est donnée à près de 4500 K. Donc, la température de la couleur que doivent avoir ces lampes doit se trouver entre 4000 et 5000 K. De l’autre côté, l’indice de rendu de couleur (IRC) montre la capacité d’une sou[rce de lumière à restituer les différentes couleurs du spectre visible sans en modifier les teintes. L’indice maximum et de valeur 100 correspond à la lumière blanche (ayant le même spectre que la lumière solaire). Plus l’indice de rendu de couleur sera élevé, meilleure sera la clarté visuelle que fournira la lampe. Cet indice permettra la comparaison entre les divers modèles de lampes ayant la même couleur de température. Cet indice doit osciller entre 85 et 100.

diagramme_temperature_de_la_couleur_(2).png
Diagramme de la température de couler - Source: http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:PlanckianLocus.png

  • Surface d’éclairage : le champ opératoire illuminé doit avoir un diamètre minimal de 20 cm et une profondeur de travail minimale de 70 cm.
  • La chaleur : la chaleur est un élément implicite lorsqu’on parle d’illumination. Il faut considérer d’un côté un incrément maximal de 2 degrés dans la zone de la tête du chirurgien, et de l’autre côté un incrément maximal de 15 degrés dans la zone d’opération. Ce dernier permet la prévention du réchauffement des tissus exposés au champ opératoire. À ce sujet, les lampes chirurgicales doivent fournir une efficacité lumineuse de 170 lm/W, ce qui serait une radiation inférieure à 600 W/m2 lors d’une illumination de 100000 lux.

Les différentes sortes de lampes chirurgicales

Les différents types de lampes chirurgicales sont classées selon la façon avec laquelle la génération de la lumière est faite afin de minimiser les ombres dus à l’interposition des corps :
  • Lampes avec une lumière (lampes d’optique central) : elle peut être accompagnée de réflecteurs ou ne pas avoir de réflecteurs. Pour les deux, il est obligatoire d’avoir la présence d’une ampoule d’émergence avec remplacement automatique afin de ne pas affecter l’intensité lumineuse ou la qualité de l’illumination

Lampe_une_lumière_(1).jpg
Lampe avec une lumière sans réflecteurs (gauche) et avec réflecteurs (droite) - Source: http://www.shor-line.com/index.php/products/productlist/280.html

  • Lampes multifocales : chaque lumière de chaque lampe se dirige vers le même point pour maximiser l’illumination dans l’aire souhaitée.

lampe_multifocale.jpg
Lampe multifocale - Source: http://medicalluniverse.com/index.php?main_page=index&cPath=3

  • Lampe chirurgicale portable : elle est utilisée seulement dans le cas où le système électrique serait en panne. Cette lampe est dotée d’une batterie rechargeable qui doit permettre un fonctionnement normal pendant au moins 3 heures.

lampe_chirurgicale_portable.jpg
Lampe chirurgicale portable - Source: http://www.venturemedical.com/products/surgical_lights/minor_surgical_procedural_lights/

  • Lampes chirurgicales à LED : comme son nom indique, ce type de lampe fournit son illumination à l’aide de diodes électroluminescentes (LED). Les principaux avantages de cette sorte de lampe sont la basse génération de chaleur, le réglage des caractéristiques de l’illumination, et son cycle de vie presque illimité.

led_avec_système_de_video_(1).jpg
Lampe chirurgicale à LED - Source: http://www.it.trumpf-med.com/50.img-cust/iLED_e.pdf

  • Lampe de tête chirurgicale : cette lampe est utilisée lorsque les lampes chirurgicales conventionnelles ne fournissent pas assez de lumière dans des cas particuliers, notamment aux opérations dans des espaces très étroits (p.ex. cavité orale). Ce type de lampes est souvent accompagné d’un système d’enregistrement.

surgical_headlight.jpg
Lampe de tête chirurgicale - Source: http://sterileeye.com/2007/12/11/headlight-cameras/

Toutes ces sortes de lampes chirurgicales peuvent avoir plusieurs satellites (notamment dans le cas de la lampe multifocale de l'image précédente).

De plus, des accessoires tels qu’un système d’enregistrement et des écrans fixés sur des bras additionnels (notamment dans le cas de la lampe chirurgicale à LED de l'image précédente) peuvent être inclus dans le système d’éclairage opératoire.

La disposition des lampes chirurgicales

La disposition des scialytiques (nom scientifique donné aux lampes chirurgicales) doit être en fonction de la position de la table d’opération, du type de chirurgie, et elles ne doivent pas être incompatibles avec les positions des bras plafonniers. Afin de permettre le bon fonctionnement du plafond soufflant, il faut éviter la fixation au centre de celui-ci, donc la disposition périphérique prédominera par rapport à la disposition centrale.

Table d'opérationhaut_de_page.gif


La table d’opération est un des éléments les plus importants du bloc opératoire, car au-delà des considérations techniques à prendre en considération, il conditionne l’organisation même des blocs opératoires, leur infrastructure, la gestion des flux et les choix stratégiques.

table_opératoire_(bilbiographie_document).jpg
Table d'opération - Source: http://www.humatem.org/fichiers/a_telecharger/fiches_infos_materiels/Table_d_operation.pdf

Il existe trois types de tables opératoires, selon leur embase :
  • Table d’opération à embase fixe, laquelle est étanche et fixée de manière solide au sol.

table_d'opération_à_embasse_fixe.jpg
Table d'opération à embase fixe - Source: Germain et al. 2005, p. 19.

  • Table d’opération à embase déplaçable, qui peut être déplacée à l’aide d’un chariot spécifique.

table_opératoire_pilier_déplaçable_puis_chariot_permettant_leur_déplacement.jpg
Table d’opération à embase déplaçable (gauche) et chariot permettant leur déplacement (droite) - Source: http://www.maquet.com

  • Table d’opération à embase mobile, où leur mobilité est permise grâce à la présence de roulettes escamotables.
table_opératoire_pilier_mobile_(bilbiographie_document)(1).jpg
Table d'opération à embase mobile - Source: http://www.maquet.com


Il existe également deux types de plateaux:
  • Plateau fixe, qui est solidaire du pilier. Le patient doit être d’abord transféré de son lit sur un brancard, et ensuite il doit être glissé sur la table d’opération à l’aide d’une planche de transfert.
  • Plateau transférable qui fait partie du système de transfert (plateau plus chariot qui le mobilise). Dans ce cas, un seul déplacement est nécessaire, car c’est le même système de transfert qui est introduit dans la salle d’opération et qui est fixé sur le pilier.

plateau_du_transfert_(maquet).jpg
Table d'opération et système de transfert - Source: http://www.maquet.com

Dans les tableaux situés ci-dessous, on peut observer les principaux avantages et inconvénients des tables d’opérations selon si elles ont l’embase fixe ou mobile. Cette classification n’est valable que selon l’embase, car lorsqu’on parle du plateau, c’est uniquement le type de déplacement du patient qui change.

table_doperation_a_pilier_fixe.jpg
table_doperation_a_pilier_mobile.png

Une autre classification est possible lorsqu’on parle des commandes du plateau. On trouve des plateaux à commande mécanique, hydraulique et électrique. Cependant, ce sont les tables électriques qui dominent le marché, grâce à leur manipulation aisée et malgré leur prix et leur maintenance importante.

Finalement, les plateaux peuvent être aussi classifiés selon le type d’opération. On les divise alors en plateaux de chirurgie générale, plateaux universels et plateaux de spécialité.

Classification_selon_le_type_d'opération.png

Bras anesthésistehaut_de_page.gif


Le bras anesthésiste est une sorte de bras distributeur et porteur en approvisionnement des gaz nécessaires (oxygène, protoxyde d’azote, air comprimé médical, vide, extraction de gaz d’anesthésie) pour l’anesthésie ainsi que des outils dont l’équipe chirurgicale a besoin. En tant que bras de distribution, celui-ci est attaché au plafond (autrement dit, bras plafonnier), permettant une meilleure flexibilité lors de l’arrivée des fluides en salle d’opération. Il n’est donc pas un élément indispensable dans le bloc opératoire, mais il comporte des avantages en termes de sécurité, d’ergonomie et d’hygiène:
  • Meilleure accessibilité du patient, notamment à la tête.
  • Amélioration de l’ergonomie de l’espace de travail.
  • Optimisation de l’espace de travail.
  • Absence de câblage et de canalisation au sol.
  • Meilleure manœuvrabilité des équipements.
  • Amélioration de l’hygiène et diminution des infections nosocomiales (facilité de nettoyage).
  • Fiabilité du matériel (moins de risques de ruptures de câbles, de connections,…)

Bras_anésthesiste_(fagot,_2000).jpg
Bras anesthésiste semi-lourd - Source: Fagot, 2000

Il existe trois types de bras d’anesthésie:
  • Le bras simple, lequel distribue l’ensemble des fluides ainsi que des courants forts et faibles (alimentation électrique 220V, prises informatiques, téléphone, etc.)
  • Le bras semi-lourd, lequel assure les mêmes fonctions que le bras simple, mais qui peut supporter aussi des appareils (moniteurs, pousse-seringues,etc.) nécessaires à l’équipe d’anesthésie (le ventilateur n’ est pas compris).
  • Le bras lourd, lequel peut aussi supporter le ventilateur. Ce bras doit être capable de supporter des charges allant de 100 à 250 kg et il est destiné aux longues opérations et où un matériel d’anesthésie important est nécessaire.

Bras chirurgienhaut_de_page.gif


Le bras chirurgien est une autre sorte de bras qui est porteur et distributeur de fluides médicaux et de prises de courant fort et faible. Il peut être conçu avec un simple ou double bras à hauteur fixe ou réglable (bras motorisé). Le bras de l'image ci-dessous est un bras chirurgien à simple bras et à hauteur fixe.

De la même façon que pour les bras anesthésistes, on peut différencier deux sortes de bras chirurgiens :
  • Le bras simple, permettant uniquement la distribution des courants forts et/ou faibles ainsi que de l’air comprimé médical et le vide.
  • Le bras semi-lourd, qui est destiné (en plus d’accomplir les fonctions du bras simple) à recevoir les appareils utilisés par le chirurgien (bistouris électriques, colonne d’endoscopie, etc.)

Bras_chirurgien_(internet).jpg
Bras chirurgien à hauteur fixe - Source: http://www.surgiris.com/fr/solution.php?cat=Salleoperation&prod=braschirurgien

haut_de_page.gif